Articles « Pouvoir & TV »

Liste des articles publiés sur ce blog :


Le ministère de l’Information : un ministère de la censure ?

En 1958, le général de Gaulle revient aux affaires et institue la Cinquième République. Pour réaliser ses ambitions audiovisuelles – se saisir de la télévision pour établir un contact direct avec les Français (et éviter ainsi le filtre de la presse écrite) –, le président de la République désigne un chef de file chargé d’appliquer ses volontés : le ministre de l’Information. Le gouvernement lui prescrit une mission : réformer et organiser la radiotélévision d’État. Ainsi, de 1958 à 1969, ministère de l’Information façonne-t-il l’ORTF. Quelles sont ses attributions? Comment fonctionne-t-il ? Quel est son champ d’action ? Quelle est l’importance de son pouvoir quant à l’information télévisée ?

*****************************************

Contrôler l’information télévisée : les productions gouvernementales

Sous la république gaullienne, le contrôle de la télévision opéré par le gouvernement est habituellement stigmatisé par quelques événements marquants, laissant supposer que seul le régime répressif de censure s’est exercé. Cependant, bien plus que les interdictions et les censures (pratiques visibles donc risquées), ce sont les commandes d’émissions qui concourent à l’élaboration d’un programme télévisé progouvernemental. Le pouvoir conçoit et fait réaliser ses propres émissions, et cette production est très organisée.

*****************************************

Le SLII – Service de Liaisons Interministérielles pour l’Information – [1963-1969]

Affiche étudiante - Mai1968Le SLII – Service de Liaisons Interministérielles pour l’Information – est un organisme interne du ministère de l’Information. Il est souvent considéré comme la cellule essentielle du système de contrôle de la télévision par les gouvernements du général de Gaulle.

;

*****************************************

De l’intérêt de désigner soi-même le directeur de la TV publique…

Canard Enchaîné -La nomination du PDG de France Télévisions par le président de la République ? C’est chose faite depuis le 13 janvier 2009. Mais soyons précis : la nouvelle loi stipule que la décision se prend à l’issue d’un conseil des ministres, après avis du CSA et accord du Parlement. Retour aux années 60. Notre ancêtre le primotéléspectateur a le choix entre deux chaînes de télévision. Toutes deux sont publiques et placées sous le contrôle du gouvernement. À la tête de cet audiovisuel d’État ? Un directeur général, qui ressemble beaucoup à notre PDG de France Télévisions, car c’est le conseil des ministres qui en décrète la nomination. Quel était donc son rôle dans le contrôle de l’information télévisée ?

*****************************************

Censure à la télévision : Le Manifeste des 121

L’interdiction de diffusion – la censure intégrale –  n’est pas la forme de contrôle la plus usitée par les gouvernements gaullistes.  Interdire une émission de diffusion est dangereux : c’est presque immanquablement s’exposer aux critiques de la presse, des parlementaires, de l’opinion publique. Le cas particulier du Manifeste des 121 (une pétition, “appel à l’insoumission” en faveur de l’arrêt immédiat des combats en Algérie, et signée par d’illustres personnalités) est atypique, car le boycottage médiatique – qui a fait l’objet d’une décision gouvernementale officielle – est singulièrement intransigeant.

*****************************************

“5 colonnes à la une” : l’information entre censure et liberté

Magazine d’un genre nouveau, 5 colonnes à la une est lancé en 1959. C’est l’émission la plus significative de la télévision du général de Gaulle puisqu’elle l’accompagne du début jusqu’au terme de son pouvoir. 5 colonnes tranche singulièrement de toutes les formes d’information télévisée antérieures : elle annonce la naissance du grand reportage. Beaucoup s’accordent à dire aujourd’hui que l’émission a profité d’une liberté exceptionnelle. La réalité est souvent plus nuancée. De l’idée du reportage à la diffusion de la séquence, toutes les étapes de l’élaboration du magazine sont contrôlées.

*****************************************

La Pub, la Télé et le Gouvernement (1958-1968)

Avant l’apparition légale de la publicité à la télévision française en 1968, la publicité existait déjà. Et elle s’appelait « émissions compensées ».

,

*****************************************

Romain Gary au ministère de l’Information – 1967

Couverture - Romain gary - La Nuit sera Calme - FolioPetit texte extrait des écrits de Gary sur son expérience au ministère de l’Information.

;

;

;

*****************************************

Guerre d’Algérie, censure et télévision : “Ferhat Abbas aux Indes”

La Guerre d’Algérie est télévisée : De 1958 à 1962, la télévision du général de Gaulle a largement évoqué les évènements liés à la Guerre d’Algérie, essentiellement par le biais de trois types d’émission : les allocutions du général de Gaulle (sur l’Algérie, 24 fois en 46 mois), le magazine Cinq Colonnes à la Une (dont les reportages sont réalisés en collaboration avec le ministère des Armées) et le journal télévisé (très rigoureusement contrôlé, notamment par le biais du ministère de l’Information). Un principe s’impose alors pour évoquer l’Algérie à la RTF : censure & contrôle.

*****************************************

Élection & télévision : la présidentielle 1965 (Acte 1 – Premier tour)

Le scrutin électoral du mois de décembre 1965 est une innovation majeure tant pour l’histoire politique que pour l’histoire de la télévision. Les Français élisent en effet – et pour la première fois de leur histoire – leur président de la République par la voie du suffrage universel (non, la victoire de Napoléon III en décembre 1848 ne s’est pas faite au suffrage universel puisque l’électorat en était exclusivement masculin). Cette élection présidentielle de 1965 est aussi une première pour la télévision publique qui intègre un dispositif ad-hoc et ouvre ses ondes à la libre et pleine expression de l’opposition.

*****************************************

Présidentielle 1965 : la grande soirée télévisée du 1er tour

Le vendredi 3 décembre 1965 marque la fin de la campagne officielle du premier tour de l’élection présidentielle. Le vote a lieu deux jours plus tard. Le silence est alors imposé aux six candidats et les sondages sont interdits de parution. Pendant ce temps, à l’ORTF, on s’affaire pour organiser ce qui sera la première grande soirée électorale télévisée française. Et pour faire patienter les téléspectateurs, on diffuse et explique – comme on le fait aujourd’hui encore – l’impressionnant dispositif mis en place pour l’occasion.

*****************************************

Élection & télévision : la présidentielle 1965 (Acte 2 – Second tour)

Le ballottage qui oppose de Gaulle à Mitterrand – à l’issue du scrutin du 5 décembre 1965 – est un profond choc pour le Général qui espérait un raz-de-marée populaire en sa faveur, permettant une élection triomphale dès le premier tour de l’élection présidentielle. Pour le second tour, il se voit cette fois contraint d’utiliser l’intégralité de son temps de parole, de courtiser l’électeur sur les ondes télévisées. Face à lui, le challenger François Mitterrand compte faire de même. Le champ de bataille électoral du second tour de la présidentielle a pour terrain la télévision.

*****************************************

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s