Présidentielle 1965 – Calendrier et détails des professions de foi télévisuelles des 6 candidats du 1er tour

Présidentielle 1965 : Calendrier et détails des professions de foi télévisuelles des 6 candidats du 1er tour

Cet article est lié à : « Élection & télévision : la campagne présidentielle de 1965 (Acte 1 – Premier tour) »

.19 NOVEMBRE 1965
TIXIER-VIGNANCOUR (n°1) À voir en ligne 20h30–12’30

« Cela n’a pas été simple de parvenir jusqu’à vous » : en effet, il n’est apparu qu’une seule minute à la TV, en 1964. Il se présente comme le porte-parole des « victimes de l’injustice »

BARBU (n°1) Vidéo non disponible sur le site INA grand public 20h45–13′ Il évoque l’Appel du 18 juin 1940, sa vie et « son honneur »
.20 NOVEMBRE 1965
MITTERRAND (n°1) À voir en ligne 13h00–13’30 Il parle d’un retour à « l’équilibre politique », de la Cinquième République (la « propriété personnelle du général de Gaulle ». Au sujet du président toujours, il rajoute : « c’est douter de son pays de se croire indispensable ». Pour lui, le choix se joue entre la droite du général de Gaulle et la gauche qu’il représente dans son entier.
MARCILHACY (n°1) À voir en ligne 13h15–13′ Il n’a jamais appartenu à aucun parti politique, il se dit « qualifié » et « libre », ce qui le rend « présidentiable ». Il fait la critique de la politique du général de Gaulle.
LECANUET (n°1) À voir en ligne 20h30–13′ Présentation de Lecanuet par lui-même. Il veut ouvrir « les voies de l’avenir » et une « démocratie stable et moderne », et « bâtir l’Europe »
.22 NOVEMBRE 1965
TIXIER-VIGNANCOUR (Entretien / Claude Darget (n°2) À voir en ligne 20h00–27’30 Il se présente : « 58 ans » – « marié » – « un fils de 18 ans ». C’est aussi un « excellent ami des bêtes » (4 chiens et 4 ânes) et il est du « signe de la Balance » ! Sur de Gaulle et son action face à l’Algérie : « il n’a jamais dit ce qu’il ferait » et il invite le Général à faire un débat. Il évoque ceux qui le traitent de raciste : « tout le monde a une légende »
MITTERRAND (Entretien / Roger Louis) (n°2)
À voir en ligne 20h30–27’30 Il avoue « répugner à l’exhibition personnelle » et évoque ses origines, son âge, ses précédentes participations aux gouvernements de la IVème République (sous Mendès France, comme député de la Nièvre). Il aborde l’Affaire de l’Observatoire et l’Affaire Ben Barka. Il évoque aussi 1789, 1848 et 1936. Il se déclare « pour une expansion économique meilleure » et en faveur de la « lutte acharnée pour le désarmement ». Il parle enfin du soutien du PC : « nous sommes prêts à assumer nos responsabilités »
.23 NOVEMBRE 1965
BARBU (n°2) Vidéo non disponible sur le site INA grand public 13h00–27’30 « À bout de souffle », il se plaint du rythme de la campagne électorale, des critiques qui sont faites sur la qualité de ses interventions télévisées. Dans deux journaux, on l’a taxé de chien battu, eh bien ! Il est effectivement « le candidat des chiens battus ». Il laisse libre court à l’improvisation et parle librement aux téléspectateurs, ce qui est assez réjouissant.
MARCILHACY (Entretien / Claude Darget (n°2) À voir en ligne 20h30–22′

Claude Darget : « vous êtes le plus grand de tous les candidats ? » PM : « deux mètres zéro un » CD : « …par la taille »

Le candidat déclare : « j’ai défendu les Résistants devant Vichy » ; « je ne suis pas riche » ; « je suis ami des bêtes ». Sur de Gaulle : « Le chef de l’État a violé deux fois la Constitution »

.24 NOVEMBRE 1965
LECANUET (n°2) À voir en ligne 20h30–17′ « Le gouvernement du Général a choisi l’équilibre vers le bas, le train-train qu’il a appelé « stabilisation », je vous propose un plan de progrès ». Il expose son programme et les réformes qu’il compte appliquer.
25 NOVEMBRE 1965
MARCILHACY (n°3) Vidéo non disponible sur le site INA grand public 13h00–13′ Lecture de textes issus de la Constitution de la Cinquième République et critique des partis politiques : « Le président doit être le défenseur des faibles »
.26 NOVEMBRE 1965
LECANUET (Entretien / Léon Zitrone) (n°3)
À voir en ligne 13h00–27’30 Face à Léon Zitrone, Lecanuet évoque les problèmes sociaux, l’Éducation nationale, de l’emploi, du logement, des femmes et des anciens Combattants.
TIXIER-VIGNANCOUR (Entretien / Claude Joubert) (n°3) À voir en ligne 20h30–29′ À l’aide de grands panneaux, le candidat évoque son programme économique et propose une diminution d’impôts de 11%. Encore une fois, il propose au Général de débattre.
.27 NOVEMBRE 1965
MITTERRAND (Entretien / Roger Louis) (n°3) À voir en ligne 13h00–26’30

Il parle de la politique agricole et de l’Europe : « La France doit reprendre les négociations avec ses partenaires européens ». Sur le désarmement : « Élu président, j’aborderai toutes les questions qui touchent à l’armement atomique et nucléaire »

BARBU (n°3) Vidéo non disponible sur le site INA grand public 20h00–26′ Présentation du programme de Barbu : »Le problème n’est pas le chef de l’État, mais le manque de dialogue entre la population et les gouvernants ». Il propose de ratifier la Déclaration universelle des Droits de l’Homme (la France ne le fera qu’en 1974). Il déclare que se présenter à l’élection était le seul moyen de pouvoir s’exprimer devant les Français. Il veut dialoguer avec le peuple, et non « soliloquer dans les altitudes » (référence au Général)
.29 NOVEMBRE 1965
BARBU (n°4) À voir en ligne 13h15–9′ Diatribe grandiloquente et un peu surréaliste à l’encontre du vieux Général au corps de géant : »Mes chers amis, comme vous, j’ai entendu avec impatience l’intervention du général de Gaulle ». « Il n’était question que de grandeur, que de chiffres, que de quantité, que de prestige, que de confiance à donner, soit à lui, soit à un autre, mais il n’était en aucun cas question de nous, les Français en chair et en os ». Le cœur du Général est « perdu dans ce grand corps ». Puis, dans sanglots dans la voix : « mon général, vous avez faim de l’amour des Français » (…) Les Français vous admirent, mais ils ne vous aiment pas mon Général » A voir absolument !
TIXIER-VIGNANCOUR (Entretien / Cécile Ibane) (n°4) À voir en ligne 20h30–14′ Le candidat d’extrême droite évoque la condition de la femme, le contrôle des naissances, l’égalité femmes/hommes, l’Éducation nationale et les problèmes du logement.
MARCILHACY (Entretien / Guy Padieu) (n°4) Vidéo non disponible sur le site INA grand public 20h45–13’30 Son ami, maire de Cinq-Mars-la-Pile, Guy Padieu, interroge le candidat sur son programme agricole : « je suis très près des paysans » ; « j’aime la terre de mon pays »
.30 NOVEMBRE 1965

Pour la première fois, le général de Gaulle va user de son temps de parole. Et en effet, les sondages sont mauvais, et il lui faut « descendre dans l’arène »

MITTERRAND (Entretien / Roger Louis) (n°4)
À voir en ligne 13h00–14′ Entretien avec Roger Louis sur les questions d’Éducation nationale (« priorité des priorités ») : « la force de frappe, c’est l’éducation ! »
LECANUET (n°4) À voir en ligne 20h30–14′ Évoque les changements liés à l’accès à la télévision : « un courant de vérité et d’espérance passe sur la pays ». Il est satisfait de la campagne électorale, et raille de Gaulle qui sort de son silence le jour même. La relève politique « est présente » ; « Nous gardons le bateau, mais nous changeons le pilote »
DE GAULLE (n°1)
À voir en ligne 20h45–13′ Assis à son bureau, de Gaulle apparaît pour la première fois depuis le début de la campagne officielle. Il se présente comme l’exacte antithèse de ses concurrents. Représentant la nation tout entière, ayant pour seul souci de servir l’intérêt général. Il évoque son rôle durant la guerre, les réformes accomplies à la Libération et l’œuvre réalisée depuis son retour au pouvoir. Il défend sa force de frappe, l’un des arguments de son plus sévère concurrent, Mitterrand.
.1er DÉCEMBRE 1965
LECANUET (n°5)
À voir en ligne 13h00–14’15 L’émission a été enregistrée la veille, aussi Lecanuet ne peut-il pas réagir au discours du général de Gaulle.Il évoque les institutions, le Marché commun ; il critique la politique internationale du général de Gaulle et propose de constituer des « États-Unis d’Europe »
TIXIER-VIGNANCOUR (n°5)
À voir en ligne 20h15–12’30 Allocution sur son programme agricole. « De Gaulle n’aime pas notre agriculture », la situation est catastrophique, et lui propose de la rétablir.
BARBU (n°5-6)
À voir en ligne 20h30–9′ Il évoque sa prestation « d’hier » (en réalité, celle du 29 novembre) qui a reçu un bon accueil. Demande aux téléspectateurs de lui envoyer leurs remarques. Il parle de « l’accès aux moyens audiovisuels » qui devrait se poursuivre après la campagne électorale. Il faut des « hommes informés ». —— Note : le temps de parole additionné de Marcel barbu n’atteint pas les 120 minutes. Il manquerait donc une allocution qui n’a pas été trouvée – pour le moment – dans le fonds INA
MITTERRAND (Entretien / Benoîte Groult) (n°5)
À voir en ligne 20h45–14’45 Entretien avec la journaliste Benoïte Groult sur les sujets liés aux femmes. »Les sondages disent que les femmes voteront de Gaulle » – Réponse de Mitterrand : « La femme a besoin de sécurité » ! Il parle de l’égalité des salaires, de contrôle des naissances, d’Éducation nationale et de bonheur familial !
.2 DÉCEMBRE 1965
TIXIER-VIGNANCOUR (n°6) Vidéo non disponible sur le site INA grand public 13h00–14’30 À l’aide d’une carte du monde où sont représentées « les forces en présence », le candidat évoque son programme de politique internationale ; « le GDG est imperméable à toute alliance dont il ne serait pas le chef ». Il veut signer le pacte de non-prolifération des armes atomiques, que la France (et la Chine) a refusé de signer.
MITTERRAND (Entretien / Georges de Caunes) (n°6) À voir en ligne 20h30–14’30 Mitterrand – interrogé par de Caunes – évoque la « liberté d’information » de la campagne présidentielle. Encore une fois, il se dit « résolument contre » la Force de frappe. Il évoque l’union de la gauche autour de sa candidature et propose, de « faire régner la démocratie sur le pouvoir personnel ».
MARCILHACY (n°5) Vidéo non disponible sur le site INA grand public 20h45–14′ Il s’adresse aux « Amis connus et inconnus », mais surtout aux femmes (il évoque les problèmes de la femme seule, de la veuve…). Il parle aussi des « vieillards ». Il n’a « aucun parti politique derrière » lui et il « aime passionnément la France »
.3 DÉCEMBRE 1965

Le dernier jour de la campagne audiovisuelle du premier tour de l’élection présidentielle, tous les candidats s’expriment en début de soirée. Même le Général – dont les sondages annoncent son ballotage avec François Mitterrand – descend une seconde fois dans l’arène médiatique. C’est Jean Lecanuet qui achève le cycle des 6 professions de foi télévisuelles (déjà, à treize heures, avait été diffusée son avant-dernière prestation).

LECANUET (n°6) Vidéo non disponible sur le site INA grand public 13h15–16′ « Nous approchons du terme de nos entretiens ». « On s’effraie de la montée de ma popularité qui grandit« . « De Gaulle excelle à dramatiser la situation ». Il propose de modifier le statut de l’ORTF : « L’État doit être le serviteur de toutes les libertés et de tous les Français »
TIXIER-VIGNANCOUR (n°6) À voir en ligne 20h00–8′ Il évoque son programme – dont la baisse des impôts – l’agriculture – l’éducation nationale – Il stigmatise Mitterrand et son soutien communiste – « Ensemble, nous parcourrons la route qui mène dans le chemin de l’avenir et vers le bonheur. Vive la France Libre, forte et fraternelle. Vive la République »
MITTERRAND (n°7) À voir en ligne 20h15–7′ Il évoque la politique nouvelle qu’il compte imposer, se positionne encore contre la force de frappe.On sent – déjà – le Mitterrand-Président poindre dans cette allocution finale : »Croire en la justice et croire au bonheur, c’est cela le message de la gauche »
BARBU (n°6-7)
À voir en ligne 20h30–13′ Il rassure tout d’abord le journaliste qui avait écrit que ses « nerfs avaient craqué », « je me crois capable de résister au régime qui m’est fait actuellement ». Il lit une lettre qu’il a adressée au GDG, relative à son message audiovisuel diffusé le 01/12/65, et qu’il aurait voulu que de Gaulle regarde en primeur. Il dit avoir attendu à l’Élysée, mais n’avoir jamais été reçu. Il dit aussi que sa rencontre avec Mitterrand a été annulée à cause du changement d’horaire d’enregistrement des émissions de la campagne officielle. « Comme depuis 7 ans, le hasard fait bien les choses ». « Je dis donc à tous les électeurs du général de Gaulle (…) de rendre le deuxième tour absolument inévitable ! » Il suffit de « voter au premier tour pour moi », pour donner « tout le temps de réfléchir »—-« L’avenir de la France et des Français vaut bien ces 15 jours d’efforts supplémentaires »————- Note : le temps de parole additionné de Marcel barbu n’atteint pas les 120 minutes. Il manquerait donc une allocution qui n’a pas été trouvée – pour le moment – dans le fonds INA.
MARCILHACY (n°6-7) À voir en ligne 20h45–7’30 « Ce soir, et pour la dernière fois de cette campagne électorale, j’ai rendez-vous avec la France ». C’est une allocution bilan que le candidat réalise. « Est-ce que j’ai réussi à vous faire partager ma conviction profonde ? » — « Il y a pour cette France que nous aimons passionnément, tout un renouveau dont je suis sûr qu’il sera fait de sagesse et de liberté ! »
DE GAULLE (n°2)
À voir en ligne 21h00–14 min Face aux sondages qui annoncent un ballottage entre Mitterrand et lui, de Gaulle intervient de nouveau, en reprenant les thèmes du 30 novembre en les dramatisant : il oppose sa personne et son action à celles des partis qui avaient conduit la IVème République à la faillite. Il fait le bilan des années 58/65 : « Un gouvernement qui dure, un Parlement qui exerce » ; « la décolonisation est réalisée »—- « Françaises, Français, une fois de plus, devant vous toutes et devant vous tous, j’ai pris ma responsabilité. Dimanche, vous prendrez la vôtre. Vive la République, vive la France ! »
LECANUET (n°7) À voir en ligne (Attention, la notice de l’INA est erronée, elle concerne en fait l’intervention de Lecanuet diffusée le matin même) 21h15–7 min C’est Lecanuet clôt la campagne électorale officielle du premier tour. Dans un décor plus sobre que d’habitude, il évoque la « voix du 18 juin 1940 » (la dernière allocution du général de Gaulle vient juste d’être diffusée) : « la grandeur du souvenir ne peut être abolie, mais une élection n’est pas une commémoration ». Il répète sa volonté de construire les « États-Unis d’Europe » — « Le temps de l’élan pour la France est venu. Une France dont la grandeur sera celle de sa générosité, d’une France pacifique et humaine. Vive la République ! Vive la France ! »

_______

Note : Dans les fonds INA consultés, il manque semble-t-il une allocution du candidat Barbu, et une autre du candidat Marcilhacy, car elles sont au nombre de six (et non sept comme la loi le permet) et la totalité des durées des séquences regardées ne couvre pas les deux heures allouées.

Retourner à l’article « Élection & télévision : la campagne présidentielle de 1965 (Acte 1 – Premier tour) »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s